Deus In Machina - Qwice

Laissez-moi vous conter la partie la plus longue et, en même temps, la plus triste, que jamais je n'eus en 500 heures de jeu sur Age Of Empire II.

Deus In Machina - Qwice 2024

Laissez-moi vous conter la partie la plus longue et, en même temps, la plus triste, que jamais je n'eus en 500 heures de jeu sur Age Of Empire II. <p style="text-align:left;">Je ne suis pas très bon à Age Of Empire II. Ni à aucun RTS. Ni à aucun jeu en fait, je joue pour le plaisir principalement. Mais sur celui-ci, je joue avec un peu de difficulté malgré tout, car y ayant pris goût, je me suis amélioré en quelques années. Pour ceux qui ne le savent pas, Age Of Empire II est un RTS, un jeu de stratégie en temps réel (genre de jeu de stratégie dans lequel il faut gérer à la fois l'économie, la collecte des ressources, et les unités militaires,, le tout en simultané) , dans lequel on incarne une civilisation médiévale, sur une carte délimitée, qui doit aller battre les autres civilisations. Une partie de Age Of Empire II dure 30 à 80 minutes en moyennes, très rarement plus. Pendant la partie, on passe l'âge sombre, l'âge féodal, l'âge des châteaux et l'âge impérial, chacun apportant son lot de nouvelles unités et améliorations. <br /><br />Ce soir, je me suis donc décidé à faire une petite partie, que je voulais un peu longue. Pour cela, je joue avec 7 IA, chacun pour soi (le FFA pour les intimes), un type de partie qui amène souvent à une sorte de battle royale, dans lequel il faut être le dernier survivant. <br /><br />Mais voilà, je suis une brèle : j'ai mal réglé la difficulté, en laissant le curseur sur "Intermédiaire" au lieu de "Difficile" avant de lancer la partie, et quiconque connaît le jeu sait que l'IA est très mauvaise, même en intermédiaire. Je me dis que c'est pas grave, pas la peine de relancer la partie : ça sera une game encore plus rapide, dans laquelle je me contenterais de rouler sur les adversaires. Mais, deuxième problème : c'est une map "île", c'est-à-dire avec que de l'eau, et qui nécessite donc des bateaux en masse pour déplacer des troupes. Mais c'est surtout une map dans laquelle on est confinés à son île, sauf si on envoie des villageois sur une autre île pour chercher des ressources.<br /><br />C'est ce que je fais : je passe très vite les âges, et comme l'IA est en intermédiaire, je prends vite de l'avance sur elle ; je pars coloniser les îles au milieu de la map, les seules vides (les 7 autres grosses îles étant chacune prise par une IA). Je ne fais que des bateaux, j'agresse tous les adversaires en même temps. Qui plus est, j'ai mis le choix des civilisation en aléatoire, et je me suis retrouvé avec les vikings, qui sont les seuls à avoir les drakkars, des navires de guerre qui tirent des flèches. Autant dire que très rapidement, à environ 40 minutes de jeu, je règne sur les mers : les ennemis n'ont vite plus de ports car je les détruis tous, et aucune marine.<br /><br />Mais comme déjà dit avant, je suis une brèle. Je n'ai fait que des bateaux, des centaines en tout (ce qui est anormalement énorme sur le jeu), tout en me développant très rapidement : mais sur Age Of les ressources sont comme les vraies ressources : limitées. J'ai donc vidé les mines d'or, défriché toutes les forêts, épuisé les carrières de pierre, et même les bancs de poissons. Au bout d'un moment, je ne pouvais presque plus rien produire : plus de bois, plus de nourriture, plus d'or, plus de pierre sur les îles que je contrôle. Et, n'ayant fait aucune armée terrestre, je ne peux envahir aucune autre île contrôlée par une IA. Elles non plus d'ailleurs : elles n'ont aucune flotte de guerre, à cause de la masse de drakkars qui pullule sur les flots. <br /><br />On en est à une heure trente de jeu : le jeu est quasi bloqué : personne ne peut prendre l'avantage sur qui que ce soit. Les IA ne peuvent même pas se battre entre elles, coincées sur leurs îles, sans aucun navire ne survivant plus de quelques secondes. Alors j'opte pour la solution de derniers recours : construire une merveille, un bâtiment très cher qui donne la victoire si on le défends assez longtemps. J'essaie de réunir ce que je peux de ressources pour la construire, et c'est bon : le décompte est lancé. Plus qu'à attendre. Mais il faut penser à la défendre, autrement ça ne servirait à rien : alors je continue d'être agressif avec les IA pour les empêcher de sortir de leurs îles.<br /><br />Et le temps s'écoule, lentement, jusqu'à la fin du décompte. J'insiste sur "lentement" : plus la map est grande, plus le décompte de la victoire par la merveille prends du temps. Et la map est immense, car on est huit dessus. Une heure trente de plus à attendre, sans aucun défi pour moi, sans aucun espoir pour l'IA. Comme je suis stupide, je ne vois pas l'heure tourner, et je continue de jouer, inlassablement, comme si ça avait encore du sens à ce point que de gagner. Je ne produisais aucune ressource ; faute de bois, toutes mes fermes se sont épuisées. J'avais une centaine de villageois inutiles, qui ne pouvaient rien produire. Je n'avais qu'une flotte interminable de drakkars, qui sillonnaient les eaux entre les îles, à la recherche d'une unité ou d'un bâtiment à leur portée. <br /><br />Normalement, une victoire dans Age Of Empire II, c'est ne victoire méritée : soit l'on triomphe d'un adversaire coriace qui a poussé dans leurs derniers retranchements nos réflexes et notre tactique ; soit l'on a su défendre avec brio sa base, repousser l'hargneux ennemi et survécu difficilement mais avec honneur. Mais ici rien de tout cela : l'IA est trop faible pour tenter une véritable tactique. Chacune d'entre elle a une île surprotégée par une armée terrestre, m'empêchant de la conquérir à la régulière, mais aucune n'a de ports car je les détruis tous. <br /><br />J'étais le seigneur du monde : roi des mers, ayant vaincu sans péril tous mes ennemis, sans pouvoir néanmoins les battre véritablement. Roi de la quasi moitié de la map, vidée de toutes ses ressources, recouverte là où c'était possible de bâtiments pour défendre, au cas où on attaquerait. À la tête d'un empire de villageois inactifs, et d'une flotte gigantesque qui ne combat même plus, mais se contente d'harceler l'ennemi. Ennemis qui n'ont pas la moindre chance face à moi ; sept contre un, mais aucun n'a de navire. Plus aucun combat pendant presque deux heures.<br /><br />Une immense paix de cimetière vidéoludique, une Pax Vikinga de misère virtuelle , régnant sur un monde vide, appauvri, dominé par des flots traversés de drakkars, maintenant prisonnier chaque joueur dans une île condamnée à ne plus rien pouvoir produire. Et je n'avais plus qu'un goût amer en bouche et un sentiment de vide dans mon esprit. J'ai vaincu sans péril, triomphé sans gloire. J'étais le roi du désert d'eau, peuplé des tombes de mes non-adversaire, coincé dans un monde aux richesse gaspillées jusqu'à la fin d'un décompte. Si je n'avais pas pu faire la merveille... j'aurais sûrement arrêté cette partie bien avant. J'avais simplement l'impression, non pas d'avoir remporté une victoire, mais d'avoir survécu à moi-même, à mon expansionnisme fou et dévorant, pris à mon propre piège, soft-locked par erreur pour avoir simplement produit trop de drakkars. <br /><br />Une victoire contre-moi-même, en somme.</p>

Image
Animation Animation