Fencepiper - Qwice

Oh que vous êtes curieux, vraiment, ça fait plaisir !! Je développe mon opinion en dessous, comme d'habitude 😉

Fencepiper - Qwice 2024

Oh que vous êtes curieux, vraiment, ça fait plaisir !! Je développe mon opinion en dessous, comme d'habitude 😉 <p style="text-align:left;">Alors d'abord, je vais développer la question de pourquoi le climat intéresse si peu de monde.</p><p style="text-align:left;">Il faut savoir que c'est un domaine qui nécessite une grande quantité de connaissances, en sciences physiques et en mathématiques. De fait, ce n'est donc malheureusement pas accessible à tout le monde. Et c'est pas un reproche ou un jugement de valeur, hein, il y a des profils plus orientés physique, d'autres plus orientés biologie, d'autres plus littéraires, plus artistiques, etc. Là, il se trouve que c'est un domaine qui rebute facilement si on n'a pas un bagage scientifique très solide, car on ne dispose pas des clés pour le comprendre sinon. C'est, à mon sens, une première explication.</p><p style="text-align:left;">Une deuxième explication, c'est que c'est un domaine quasiment exclusivement tourné vers la recherche, donc assez "niché". Pourquoi ? Parce qu'il n'est pas rentable, ce qui fait que les entreprises n'investissent que très très peu dedans. En plus, les problématiques soulevées par les études climatologiques et les changements à mettre en place qui en découleraient coûteraient très cher aux entreprises, en plus de les contraindre à se ré-inventer. Si cela peut apparaître comme une bonne chose, en se mettant à la place des entreprises et de leurs dirigeants, peu seront enclins à dépenser énormément pour ces changements qui leur poseront beaucoup de problèmes, sans aucune garantie de rentabilité derrière... Du coup, les études se cantonnent à des investissements publics, dans la recherche, qui est un domaine un peu à part, ce qui contribue à la "marginalisation" de la discipline....</p><p style="text-align:left;">Et je pense qu'une autre explication vient du fait que comme ce n'est pas un domaine où les certitudes sont de mise (on est plutôt sur différents scenarii possibles, avec des tendances, des estimations), les gens ne savent pas à quel saint se vouer, et donc ne s'y intéressent pas par manque de repères.</p><p style="text-align:left;"></p><p style="text-align:left;">Maintenant, abordons la question de pourquoi tout le monde s'en affole.</p><p style="text-align:left;"></p><p style="text-align:left;">Déjà, parce que qu'on le veuille ou non, le dérèglement climatique est réel. Toutes les études climatologiques montrent que la température moyenne terrestre augmente à un rythme assez alarmant, et trop vite pour que ce ne soit que naturel (surtout que cette augmentation s'est vraiment accélérée depuis la deuxième moitié du XIXème siècle, soit depuis la révolution industrielle, coïncidence trop forte pour que ce ne soit qu'une coïncidence). Ca, ça fait déjà peur quand on connaît pas trop le domaine.</p><p style="text-align:left;">Cette peur est aussi renforcée par les médias, qui utilisent le sensationnel pour faire plus d'audience (et donc de chiffre). Le réchauffement climatique, c'est alarmant. En parler de façon encore plus alarmante, ça permet de renforcer la peur, les sensations fortes, du coup les gens suivent (on aime les choses sensationnelles), restent fidèles aux médias, et ça alimente encore et encore la peur...</p><p style="text-align:left;">Et ça marche d'autant mieux que comme ni les médias ni le grand public ne sont compétents dans le domaine, ils doivent voir ce dérèglement se dérouler sans pouvoir ni le comprendre, ni savoir quoi faire pour l'enrayer, c'est d'autant plus anxiogène.</p><p style="text-align:left;">Enfin, un dernier truc qui, à mon sens, y participe : l'incompétence crasse des politiques, et notamment de ceux qui se disent défenseurs de l'écologie et de la planète sur le sujet. La plupart des mesures proposées sont ou inefficaces ou contre-productives. On finit par s'en rendre compte, et du coup, pour l'opinion publique, si même les "écolos" ou les dirigeants censés être un peu plus au fait dans ce domaine sont incompétents, alors personne ne peut rien y faire, et c'est vraiment affolant.</p><p style="text-align:left;"></p><p style="text-align:left;">Pourtant, les solutions existent, cela fait plus de 40 ans que les climatologues en parlent, en débattent, en proposent. Et elles sont ou mal comprises, ou ignorées. Et je pense que, là aussi, c'est à la communauté climatologique de mieux communiquer, de façon plus vulgarisée, plus accessible au grand public, pour que tout le monde puisse voir ce qui est possible. Ca rassurerait, et ça ferait peut-être aussi en sorte que les gens soient moins pris pour des cons par les politiques se revendiquant écologistes...</p>

Animation Animation